sillage

 

Des arbres dans ce jardin, il y en avait beaucoup,

Des fluets, des costauds et ils formaient un tout.

Ils étaient le message, le témoin entre nous,

Le murmure d'un sage qui rend la vie moins floue.

 

Des arbres dans ce jardin, il y en avait beaucoup,

Des tordus, des noueux et nous formions un tout.

Nous étions père et fille et frères et mère chez nous.

Nous étions la famille, dans ce verger, debout.

 

Des arbres dans ce jardin, il y en avait beaucoup,

Des couchés, des fertiles, besogneux à genoux.

Le printemps est passage et l'hiver un remous.

La tempête au hasard asséne aveugle ses coups

et sème dans son sillage les graines d'un autre nous.

 

© LouisK

 


 

Sillage dialogue avec Arbre mort