cheval montagne 2  

Pourquoi donc cette folle chevauchée,

Pour être une parcelle de vous,  semeurs

Qui surgissez en écho sur la toile

Libérant vos filets de pécheurs à la ligne

À rôder dans les chemins d'hivernage

À soupirer aux moissons d’aurore

 

Je voudrais être le centième

Le centième sur la ligne de front des dialogues

Le centième à l’orée des bordures

 

Combien d’allures dans mes brumes

Humant vos rochers et vos marées,

Caressant vos bleuets anémiés et envasés

Me frottant à vos arbres et à vos chats

Miroitant ensommeillés du KattenKabinet

Till, Toto, Klingsor, trouvez mon sillage

 

Je voudrais être le centième

Le centième sur la ligne de front des dialogues

Le centième à l’orée des bordures

 

Quel sens à cette course enfiévrée

Galop à quatre temps ou du bon pied

Pas de meneur à mon attelage

Pas de pas d’école et pas de mors 

Seul le perçant est de mise

En cadence pour une rime embrassée

 

Je voudrais être le centième

Le centième sur la ligne de front des dialogues

Le centième à l’orée des bordures

 

Comment l’onde de vos murmures

A-t-elle agité ma montagne voilée

L’Hegoa ailé du mont Baigura susurre

En cadence majeure ou mineure, j’accours

Poétesses et poètes secrets, attendez-moi

Accrochez vos rimes à mon encolure

 

Je voulais être le centième

Le centième sur la ligne de front des dialogues

Le centième à l’orée des bordures

Ceux qui m’aiment prendront le crin

 

©Scarlett3 :

rebonds : tous les poèmes du blog