Je pense au prisonnier 18611, Abdellatif Laâbi condamné à dix années de prison pour complot. Les preuves de sa culpabilité: les numéros de la revue Souffles et ses questionnements sur la culture. Il restera en prison de 1972 à 1980. Je pense à sa lecture simple, tranquille et douce, au regard de son public, à l'évidence de la rencontre. 

Je pense à Orhan Veli, "Va jusqu'où tu pourras", au besoin profond de trouver l'Istanbul qu'il chante: 

"İstanbul’u dinliyorum,

J’écoute Istanbul, mes yeux sont fermés;
Un oiseau s’évertue à tes pieds.
J’ignore si ton frond est chaud
J’ignore si tes lèvres sont humides
Une lune blanche nait au milieu des pignons ;
Je comprends les battements de ton cœur ;
J’écoute Istanbul."

Avant d'écrire une ligne, je pense à eux, à René Char, à Eluard, à Boris Vian...Je lis Ariel, Sylvia Plath.  Je ne cherche pas de maître. Personne à rejoindre, à égaler (et comment?), mais j'ai le regret souvent d'avoir accepté la facilité en écrivant un poème ou en le nommant ainsi: "poème". J'ai l'envie de porter le regard plus profondément à travers les évidences. C'est un jeu vital, il peut être souriant et très gai.  

 Dans les  Dialogues il y a deux contraintes de taille:

"Le poète n'est pas une pierre éboulée. Il a deux devoirs sacrés: partir et revenir."  Pablo Neruda

"Je ne chante pas pour passer le temps" Louis Aragon. 

Au moins qu'il reste l'intention.

jpr


 pour lire la suite du poème d'Orhan Veli 

http://lecercledepoesieanatolienne.wordpress.com/2012/07/09/11/

 

 


 

 

Scarlett est l'auteure du 100e message. Bravo Scarlett, tu as gagné le commentaire des élections. Est-il arrivé dans l'histoire, qu'un parti totalitaire, raciste, antisémite et assassin parvienne à supprimer la démocratie grâce aux élections? Merci de nous donner une réponse avant le second tour. Amitiés à tous. 

 Tsveta voit des bobos partout, Raffel se verrait bien seul avec son tyran. Scarlett fait des échographies. Ce monde est-il sérieux?  Voici "Le train", et l'escarbille poétique. merci Andrée. Maroeil est déjà arrivé au Festival."Eh, Maroeil, reviens, c'est dans deux mois!" 

La salière de papier, c'est aussi un joli moulin si on la replie. Qu'elle tourne dans le vent, Andrée, qu'elle tourne sans fin. 

 Turbulence, résistances et stances! Mais si j'avais le temps de penser, je vous répondrais à l'envi. Peste soit de ce tunnel, j'attends la sortie et des jours plus clairs. 

Vision champêtre et sacrilège. Le jouisseur passe avant le laboureur. L'aède médite. La poémienne ne voudrait pas...Ben moi non plus! Que deviennent les poètes discrets que l'on n'entend plus? Les dialogues sont-ils dans les poèmes ou dans les commentaires? Bonsoir, bonjour, amitiés à toutes et tous.

 

 Scarlett, que se passe-t-il dans cette nuit d'intraveineuse? 

Nombre de poètes jouent gentiment avec la lumière dans les bois, avec les reflets près des fleuves ou renvoient des souvenirs du paysage. Cette fois, leurs contributions renvoient de la colère et de la résolution. Est-ce de vivre sous le nuage? Est-ce un cri d'alerte? 

Ar maen glas: l'auteur tient l'ardoise, il fait les comptes et le compte n'y est pas. La Terre fatigue. 

Bienvenue Mich'elle, nous t'attendions. Hommage à Prévert ou dommage, on file en hurlant dans le noir? 

Un mois déjà de dialogues d'un poème ou d'une photo à l'autre et un autre mois devant nous pour interroger ces discussions poétiques, tenter de trouver tout leur sens. 

Estelle, vous avez reçu un lien pour publier, n'hésitez pas à l'activer. Si problème, je tenterai de vous proposer une solution. 

Les dialogues sont inscrits au programme du Festival Pliant 2014, aussi, si vous souhaitez que ces textes, vos textes, soient lus  en relation avec ceux avec lesquels ils résonnent, il est tout à fait temps de publier. 

Le Festival? Surveillez vos boîtes aux lettres. 

 

"Le poète est le fou le plus proche de la réalité" . Claude Nougaro.

Il est tard, le sais-tu, à toute heure, quelque part. Scarlett ne veut plus revenir, Florence signe en symétrie. Raffel invite à la discussion: vers libres absolument, controverse. 

Ah, la joue de boeuf. La poésie se mange. le poète n'est pas une pierre qui s'éboule, c'est aussi un esprit affamé. Scarlett, de l'éthologie dans ces pages, mais c'est beaucoup trop. Fw, vous voyez dans le joug, la passion du lien mortel et l'attelage ultime entre le laboureur, toujours passant le soc sur sa propre vie et lui-même représenté en tuteur. Ouakneuouf, j'en deviens tout chose, comme lorsqu'on a mangé ces petits plats coquins, la joue de boeuf et les pieds paquets. Mais où va ce navire? 

Tandis que les bourgeois font leur petit travail, les pleurs itou, que les butins butinent, voici que les mutins (se) mutinent. Ils ont raison, il est encore temps.
De la politique dans les akènes? Ben oui, la poésie c'est avant tout savoir dire non quand il le faut. Sinon, à quoi ça rime? 

 

Alors les arbres se déclinent, les roses sont à l'hiver et Bathurst vient faire le lien entre Sève et dialogues. Je vous dis que tout ceci est vivant et trouve sa pleine force dans les rencontres entre idées, images, sentiment de l'étrange. La poésie  renforce l'humanité et c'est pourquoi je te retrouve. Enfin, ce que j'en dis...

 

Le Festival pliant, lui aussi se prépare. Bientôt quelques informations: oh musiciens!

 

Amitiés.

 

jpr.

 

Un arbre à tête de chien vient d'être planté sur la place, au milieu des bois et dans nos mémoires! Forte activité, on entend les dialogues.  Voici Alan Bathurst  interrogeant la lumière  et la camarde. Scarlett en discussion avec le Cas d'école et le réactif Maroeil attentif aux questions en ces lieux de poésie. Raffel?  Médite. Si des photographes pouvaient nous adresser quelque verdure, ce serait tout à fait printanier. Sachons, pour les initiés, que j'ai vu passer vers seize heures, deux grands vols de grues. 

Vous pouvez proposer des entrées. Telle qui aujourd'hui commente pourrait, si j'en crois mes lectures, bientôt nous rejoindre. Estelle?

Bienvenue à Louis K, qui a rejoint  les "Dialogues".  A peine publié, Sillage tutoie Nuées et  Soirée à la ferme et devient une chanson!

 

Aujourd'hui, dans les dialogues, près de 30 lecteurs vont parcourir  environ 150 pages et seront saisis par la Chanson à la pointe du bé et la non moins saisissante Ima Grey.
Ceci me réjouit au plus haut point. A tel point que pour le Festival Pliant, l'idée mûrissait, la voici aboutie, je vous propose d'imaginer un espace "Melon", pour tous ceux qui écrivent et lisent de la poésie sans prendre le melon. Poètes pontifiants - il n'en est point par ici, nous ne fournissons ni la lyre, ni le piedestal. Espace Melon, pour découvrir les poètes insolents.

 

Bernard Blot livre "Nocturne", en dialogue avec son précédent texte, une suite ou une poursuite: le poème appelle le poème. La promenade continue. 

Andrée Wizem avec son "Cas d'école" pose la question du poème. Si tous les sujets sont en débat celui-ci est un propos central. D'aucuns ont décrété la mort du poème. D'autres s'y retrouvent et construisent, sincères. 

Florence White répond par une sombre histoire, "Le seuil":  je dois vous dire que ces portes closes me parlent une langue inquiétante. 

L'un des ressorts du fonctionnement de nos "Dialogues" est précisément  la conversation entre deux ou plusieurs propositions. Je vous propose d'être exigeants sur ce point, qui nous permet d'aller plus loin dans la réflexion poétique, et donc d'approfondir les dialogues avant d'entamer d'autres propos. 

Dialogues en liberté: pour ce qui concerne les aspects disons, liés à la liberté de pensée, soyons assurés qu'elle est ici totale et donc absolument garantie par quelques balises. Si le propos relève de la pensée, ça se discute, ou même ça se dispute. S'il relève de la haine d'autrui, que les haineux passent leur chemin avec leurs flambeaux.

On peut contribuer en écrivant, photographiant, composant, mais aussi chaque jour, avec les commentaires. 

Amitiés. 

JPR. 


 

« Le mot « dialogue » (du grec ancien διάλογος - composé du préfixe « διά » : « au travers, par, entre », et du radical « λόγος » : « parole, raison, verbe » -, c'est-à-dire littéralement : « une parole raisonnée et agissante, qui pénètre, tranche et traverse complètement et méticuleusement ») désigne un type de communication entre plusieurs personnes ou groupes de personnes. Le dialogue se distingue de la discussion et du débat : il réfère à un mode de conversation qui comporte nécessairement raisondiscernement, exactitude et sagesse ». (wikipedia)


 

Le Champ secret est dédié à la musique, au théâtre, à la littérature. Aujourd'hui en poésie, nous défrichons un nouvel espace. Il y sera question de dialogues. Les premiers participants arrivent, je m'en réjouis. 

Grand mystère que le dialogue entre des œuvres. S'agit-il de références  partagées, de rappels, d'échos ou d'une alchimie  de sensations, d'émotions, de parcours et de valeurs qui s'appellent et se répondent? 

Nos dialogues le diront peut-être. Du 15 février au 15 avril, sur ces pages, nous tenterons d'entrer librement et résolument dans le propos. 

A partir de quatre poèmes, l'invitation est lancée. Chacune, chacun d'entre vous réagira comme il le verra, comme il l'entendra, comme il le voudra dans des formes compatibles avec notre support. 
Les commentaires sont vivement souhaités voire indispensables, car ils participent de la démarche. Une seule contrainte: d'une certaine manière, il faut que le commentaire, qui s'abstient de tout jugement, soit toujours une proposition (une invitation au dialogue, un lien vers d'autres expressions artistiques, un rebond, une réflexion). 

La règle: à partir de l'un des quatre premiers poèmes (ou en dehors!), les participants proposent une réponse (poème, photo, musique, dessin...). Dès lors ces invitations au dialogue font à leur tour l'objet de réponses, lesquelles à leur tour entrent dans le dialogue, etc.

L'auteur d'une proposition peut choisir de répondre à son interlocuteur ou considérer que le débat est clos. Pour approfondir un propos, des auteurs peuvent choisir d'ouvrir une page et y développer leur interlocution. 

Pour débuter donc, quatre poèmes. Pour dialoguer, techniquement, c'est simple. Il suffit de choisir "nouveau message" dans l'éditeur et de poster sa proposition. Indiquer s.v.p. sur la page "Rebond, écho, dialogue etc... avec... " et mentionner le titre du texte (ou de l'image ou de la mélodie, du dessin...) avec lequel votre propre texte entend dialoguer. Pour les experts, copier le titre du texte d'origine dans la colonne de droite sur le blog et le coller sous son propre travail: on obtient ainsi un lien hyper texte (cf. exemple). Pour les autres, un administrateur fera cette manipulation au début.  

 

C'est tout pour le moment. Enfin, pas tout à fait. C'est qu'il y a deux contraintes de taille:

"Le poète n'est pas une pierre éboulée. Il a deux devoirs sacrés: partir et revenir."  Pablo Neruda

"Je ne chante pas pour passer le temps" Louis Aragon.